JE TELECHARGE MON EBOOK SUR LA BOURSE (134 PAGES) GRATUITEMENT

EVITEZ LES ALLER-RETOURS TROP RÉGULIERS À CAUSE DE LA FISCALITÉ

This post is also available in: English (Anglais)

La 2ème clé c’est d’éviter de faire des aller-retours trop réguliers en bourse à cause de la fiscalité, à savoir les taxes.

Avant de commencer la lecture de cet article gratuit en bourse, n’hésitez pas à lire :

Introduction : FORMATION QARP POUR INVESTIR SEREINEMENT

1re clé : DEVENEZ SEREIN : ANALYSEZ LES ACTIONS COMME DES PARTS D’ENTREPRISES

Votre pire ennemi en bourse : les taxes

Pour réaliser une excellente performance boursière, votre pire ennemi n’est pas les frais de transactions, comme vous êtes si nombreux à le penser, mais plutôt les taxes prélevées par l’État. Nous aborderons les biais psychologiques plus tard. C’est en effet un domaine passionnant sur lequel, nous reviendrons dans la 3ème clé de cette formation gratuite. Nous allons pour l’heure nous concentrer sur notre premier ennemi : les taxes prélevées par l’état, soit les impôts. Sachez toutefois que c’est gagnant-gagnant pour l’état puisque lui récoltera plus de taxes au dernier moment.

Vous pensez sûrement que plus vous ferez de transactions boursières, plus vous gagnerez d’argent. En vérité, c’est généralement l’inverse qui se produit sur le long terme. N’oubliez jamais que la rotation d’un portefeuille qui est censée améliorer sa rentabilité est un facteur qui contribue à accroître son coût fiscal instantané.

Allons droit au but. La première étape pour générer une excellente performance boursière consiste à reporter dans le temps les taxes et donc à emprunter fictivement de l’argent auprès de l’État. Des stratégies simples minimisant les taxes que vous devrez payer existent, toutefois, un jour et qui seront beaucoup plus élevées si vos investissements se révèlent être gagnants. Retarder le paiement des taxes est le moyen le plus simple et le plus sûr d’utiliser un effet de levier. On appelle effet de levier le recours à l’endettement pour augmenter sa capacité d’investissement. Nous allons vous expliquer cette stratégie de minimisation des taxes. Elle est très simple à mettre en œuvre. La deuxième stratégie, tout aussi importante, mais un poil plus complexe est révélé dans un deuxième temps.

Net return or price return ?

On mesure une performance nette obligatoirement à un indice dividende réinvesti. Pour bien comprendre ce dont il s’agit, voici l’exemple de l’évolution d’un indice, le S&P 500, hors dividendes réinvestis, que l’on nomme en anglais Price Return, versus le même indice avec dividendes réinvestis, que l’on nomme Total Return. Ce dernier a toujours une meilleure performance que le premier, puisque les dividendes sont historiquement toujours strictement supérieurs à zéro pour un indice. Il est donc nécessaire de comparer ce qui est comparable. Il faut donc comparer votre performance nette à un indice dividendes réinvesti.

S&P 500 dividendes réinvestis price return net return

Retenez absolument que certains indices excluent les dividendes. Le plus souvent, la performance d’un indice est inférieure à la vraie performance. Une vraie performance prend en compte les dividendes qui sont réinvestis dans les sociétés composant cet indice. Par exemple, les dividendes payés par l’entreprise ABC doivent être réinvestis sur l’entreprise ABC.

En d’autres termes, il ne faut comparer la performance d’un indice, type CAC40, un indice hors dividendes réinvestis, que dans le cas où vos dividendes sont utilisés comme complément de revenu.

Les clés du succès de Warren Buffett : limiter les taxes en bourse

Les trois premières clés du succès des grands investisseurs dans l’industrie financière sont ainsi :

  1. Avoir une stratégie gagnante, et je pense que la méthode QARP en est une sinon je n’aurais jamais dépensé autant d’argent, d’énergie et de temps sur cette dernière.
  2. Utiliser à bon escient la puissance des intérêts composés. En d’autres termes, il s’agit d’investir sur la classe d’actifs offrant le plus grand potentiel à long terme rapporté au risque. Pour moi, il s’agit du marché actions, raison pour laquelle j’ai choisi de mener ma carrière dans ce domaine.
  3. Effectuer un emprunt théorique, mais gratuit auprès du Trésor public en limitant le nombre de transactions à l’essentiel. Il faut avoir conscience qu’à chaque fois qu’une plus-value est réalisée il faudra réaliser une performance plus élevée sur le prochain investissement afin de récupérer la perte occasionnée par le paiement des taxes aujourd’hui.

Toutefois, il faut rajouter un paramètre supplémentaire au succès de Warren Buffett. Ce paramètre n’est pas réplicable pour un individu. Cette stratégie qui semblait être une bonne stratégie autrefois est plus difficile à mettre en œuvre de nos jours, pour des raisons de réglementation, de faible inflation et de répression financière. Il s’agit du float de l’activité de réassurance de Berkshire Hattaway, l’entreprise de Warren Buffett.

C’est quoi la réassurance ? Et le float ?

La réassurance c’est quoi ? Un réassureur n’est ni plus ni moins que l’assureur d’un assureur pour les risques extrêmes comme les catastrophes naturelles.

Le float c’est quoi ? C’est le décalage dans le temps qui existe entre l’encaissement d’une prime d’assurance et le paiement d’un sinistre. Ce délai permet à l’assureur d’investir parfois une partie du float sur le marché actions et plus généralement sur le marché obligataire. Ces investissements sont censés rapporter plus que lorsque l’argent dort dans une banque.

Ainsi la quatrième et dernière clé du succès de Warren Buffett est :

  • Lorsque et seulement lorsque vous êtes une entreprise, vous pouvez investir l’argent des autres. L’objectif est de limiter au maximum votre risque de défaillance vis-à-vis de vos clients via, par exemple, une activité d’assurance ou de gestion de portefeuille.

Conclusion sur les clés du succès de Warren Buffett

Ainsi, tandis que :

  1. l’un des paramètres permet de maximiser les gains ;
  2. le suivant permet de générer un effet boule de neige lancée du haut d’une pente enneigée ;
  3. le troisième permet de minimiser les taxes et donc d’emprunter gratuitement auprès du Trésor public sans aucun risque pour vous de faire faillite ;
  4. et le dernier permet de faire fructifier, pour une entreprise uniquement, l’argent des autres. En outre, il permet d’en tirer un bénéfice à coût faible et de manière peu risqué pour la solvabilité de votre entreprise.

Ces quatre paramètres ont été, sont et resteront, selon moi, la clé du succès de tous les grands investisseurs.

Hausse des taxes et rotation du portefeuille : pourquoi éviter de faire des allers retours trop réguliers en bourse

Petite parenthèse, pour les plus expérimentés : la hausse des taxes génère une inefficience des marchés financiers dont vous pouvez potentiellement profiter grâce à ma méthode QARP. Il s’agit d’une stratégie semi-passive où tout a été pensé pour maximiser vos gains et votre surperformance à long terme. On dit en langage financier maximiser son alpha.

Robert Jeffrey et Robert Arnott ont écrit un article intitulé « est-ce que votre alpha est suffisamment fort pour couvrir vos taxes » et publié dans le très respecté « journal of portfolio management ». Ils écrivent qu’il existe des stratégies de gestion de portefeuille à même de minimiser ces conséquences fiscales qui sont trop souvent négligées.

La stratégie de base met en jeu une des notions de bon sens qui est bien souvent oubliée : celle qui met l’accent sur l’immense intérêt des plus-values latentes ou non réalisées combinées à la puissance des intérêts composés. C’est ce que Buffett appelle un prêt gratuit du trésor public. Nous nous permettons d’ajouter qu’il s’agit d’un emprunt sans date de maturité, donc de fin, et sans échéances de remboursement. On l’appelle prêt in fine dans le jargon financier.

Evitez les aller-retours trop réguliers pour limiter les taxes en bourse: le taux de rotation doit être inférieur à 20%

Il vous faudra alors garder un taux de rotation de portefeuille inférieur à 20 %. Il existe une deuxième technique de minimisation des taxes que nous verrons plus tard.

Avantage d’un faible taux de rotation sur les taxes en bours

En effet, la faible rotation d’un portefeuille d’actions a un avantage important sur votre épargne. Il existe un effet positif du retardement du paiement de l’impôt sur les plus-values. Ce dernier vous permet d’emprunter théoriquement et gratuitement de l’argent à l’État. En d’autres termes, de continuer à pouvoir investir de l’argent qui ne vous appartiendrait déjà plus si vous matérialisiez une plus-value. C’est-à-dire si vous revendiez vos actions avec une plus-value. Nous vous proposons la combinaison de la puissance des intérêts composés et de l’emprunt gratuit et non risqué. En effet, vous pouvez rembourser cet emprunt quand vous vous le souhaitez. Cette stratégie de minimisation des taxes est à l’origine des bonnes performances des fonds passifs. On appelle fonds passif un fonds qui a un taux de rotation faible, voire proche de zéro.

Le risque de défaillance sur l’emprunt fictif est inexistant

Notez que votre risque de défaillance envers l’État et d’être fiché à la Banque de France est inexistant, car :

  1. vous possédez des actifs supérieurs à vos dettes dans tous les cas de figure. C’est-à-dire que vous possédez plus d’argent que ce que vous devez à l’État. En effet, si vous n’avez pas de plus-value, vous n’avez logiquement pas de taxes sur la plus-value à payer.
  2. Vos dettes envers l’État s’effacent, en d’autres termes elles sont nulles, si la valeur de vos actifs vaut la valeur de votre épargne injectée.
  3. Votre échéancier de remboursement est déterminé par la date de revente de vos investissements pour un compte titre ordinaire (CTO) et par vos retraits pour un PEA et un PEA-PME. Vous choisissez donc quand vous remboursez l’emprunt envers l’État à votre guise et en fonction de votre capacité et de vos objectifs. Vous êtes donc libre malgré le fait d’être endetté.
  4. Cet emprunt théorique est gratuit : vous n’avez pas d’intérêts à payer. En réalité, avec une inflation supérieure à 0%, vous bénéficiez d’un emprunt à un taux réel négatif.

Cette stratégie est à l’origine de la performance exceptionnelle de Warren Buffett : il a affirmé dans le passé que la meilleure durée de détention d’une bonne affaire est pour toujours. Et nous le rejoignons parfaitement sur cet aspect.

Concept clé : le coût d’opportunité des taxes en bourse

Il faut absolument comprendre un concept clé avant d’aller plus loin : vendre un titre XYZ avec un gain revient à dire qu’une plus-value est réalisée sur XYZ et donc que des taxes sur la plus-value doivent être payées. Ainsi, un nouvel achat d’un titre ABC nécessite de récupérer dans le temps plus que l’impôt sur les plus-values découlant de la vente du titre XYZ : ceci est un très gros inconvénient.

Bien entendu si vous avez un PEA-PME ou un PEA, vous ne paierez pas d’impôt sur le revenu ni sur les plus-values à la revente de titres tant que vous ne les clôturez pas : la question se pose donc moins pour ces véhicules d’investissement. Par contre, si vous détenez un compte titre, votre premier objectif doit être de réduire au maximum le taux de rotation du portefeuille d’actions que vous détenez.

Ainsi à l’exception des comptes non imposables, les impôts représentent la plus lourde dépense à laquelle les investisseurs font face : en vérité, cette dépense est bien plus élevée que les commissions de courtage. Nous considérons comme un non-sens de passer des heures à chercher le courtier le moins cher sans pour autant prévoir de stratégie de limitation des taxes.

Pour conclure sur le faible taux de rotation et les taxes en bourse

Pour conclure, s’il y a une faible rotation du portefeuille alors il existe un effet positif tiré du paiement de l’impôt sur la plus-value plus tard dans le futur. Vous recevez en quelque sorte un prêt de l’État avec lequel vous pouvez investir en actions, engendrant ainsi un effet de levier. Si le but est d’enregistrer une forte rentabilité après impôts, l’investisseur doit alors tâcher de toujours garder un taux de rotation de son portefeuille de 20% maximum. En d’autres termes tous les ans, il doit revendre moins de 20% de ses actions détenues pour acheter de nouvelles actions. Cela signifie que la durée de détention moyenne d’une action doit être de 5 ans minimum. Si possible, ce taux de rotation doit être le plus proche possible de zéro.

En combinaison avec l’autre stratégie de minimisation des taxes, vous pouvez avoir un taux de rotation du portefeuille inférieur à 20% et des taxes sur la plus-value d’un montant de zéro euro. Nous verrons cela dans la suite de la formation.

Souvent, les investisseurs vendent sur une impulsion les titres qu’ils détiennent dans leur portefeuille d’actions, selon la logique qu’on ne peut pas perdre quand on prend ses bénéfices. Cela ne prend bien sûr pas en compte la notion économique de coût d’opportunité.

impact des taxes en bourse sur la performance

Pour conclure sur la durée de détention et les taxes en bourse

Un investisseur devrait ainsi normalement conserver une petite portion d’une affaire remarquable avec la même ténacité que celle dont ferait preuve un homme d’affaires propriétaire à 100% de son entreprise remarquable.

Pensez à long terme et essayez d’imaginer où l’entreprise sera dans dix ans en termes de performances économiques et financières plutôt que de chercher à deviner où se situera le cours de bourse sur un horizon inférieur à un an.

Alors quelle est la stratégie qui se prête le mieux à de faibles taux de rotation de portefeuille ? Et bien à ma connaissance, il n’en existe que deux que l’on englobe sous le nom de « Buy and Hold » en anglais, ce qui signifie acheter et garder en français. La plus connue est certainement celle qui consiste à investir dans des fonds indiciels. Elle est caractérisée par une gestion passive à très faible taux de rotation de portefeuille. L’autre est notre approche et il s’agit de celle de l’investissement focalisé que nous verrons dans notre formation QARP bien plus en détail.

1re stratégie pour limiter les taxes en bourse : le buy and Hold ou au moins un taux de rotation inférieur à 20%

La première stratégie est donc le report des taxes dans le temps par un taux de rotation du portefeuille le plus faible possible. On appelle taux de rotation d’un portefeuille, le pourcentage des allers-retours sur une année. Un taux élevé signifie que l’investisseur est très actif. À l’inverse, un taux bas signifie que la stratégie est plutôt passive. Il faut chercher à avoir un taux de rotation du portefeuille bas dans le but de bénéficier d’un report des taxes, ainsi d’un emprunt gratuit et peu risqué auprès de l’État et un effet boule de neige sur votre épargne.

Pour illustrer le poids et l’impact que peut avoir notre ennemi impôt, reprenons un exemple donné par Warren Buffett dans le livre « le portefeuille de Warren Buffett », écrit par Robert G. Hagstrom.

taxes en bourse buy and hold

Exemple fictif de l’impact des taxes en bourse

Pour faire passer cette idée plus facilement, nous allons donc prendre un exemple fictif.

Ce scénario nous demande d’imaginer ce qui se passerait si nous investissions un euro dans une action qui double de valeur chaque année. Il ne s’agit que d’un exemple pour bien montrer le fossé entre deux comportements aux antipodes. En effet, un investissement qui double de valeur chaque année est très rare à trouver notamment sur une durée aussi longue.

Et si on faisait des aller-retours réguliers ?

Doubler chaque année signifie que la performance est de 100% annuellement. Il en résulte que, lors de la fin de la première année, nous posséderions un investissement de deux euros. Si nous vendions cet investissement à la fin de la première année, nous aurions un gain de 0,70€ après impôts. Nous faisons là, l’hypothèse, que le taux d’imposition correspondrait à une flat taxe de 30 %. Maintenant, si nous réinvestissions 1,70€ et si cet investissement continuait à doubler chaque année et que nous continuions à le vendre, à payer nos taxes et à réinvestir le bénéfice net. He bien, au bout de 20 ans nous aurions réalisé un gain net de 40 641€.

Et si on ne faisait pas d’aller-retours réguliers ?

En revanche, si nous avions acheté cet investissement à un euro et l’avions laissé doubler chaque année pendant 20 ans sans le vendre, sans payer de taxes et sans réinvestir sur un autre investissement doublant également de valeur chaque année. Eh bien, notre gain aurait été de 734 002 € net. Cette somme correspondrait à ce que nous aurions dans la poche après avoir payé 314 573 € de taxes sur la plus-value.

Illustration sous forme de tableau

 Voici le calcul sous forme de tableau

illustration tableau aller retours trop réguliers bourse

Cet exemple irréaliste d’un retour sur investissement de 100 % par année compare un taux de rotation de portefeuille de 100 % à un taux de rotation de 0 %. Cette illustration a l’avantage néanmoins de démontrer que plus le taux de rotation est faible et plus les gains sur le long terme sont élevés. Tout ceci bien sûr à performance égale.

2ème stratégie pour limiter les taxes en bourse : la gestion focalisée semi-passive

Pour attiser votre intérêt, voici d’ores et déjà trois bénéfices de la gestion focalisée :

  1. Elle permet au capital investi de croître potentiellement plus rapidement que la moyenne sur une très longue période.
  2. Elle permet de générer un prêt gratuit du trésor public à taux réel négatif lorsqu’on y associe une stratégie de semi-passive. Grâce à cet effet de levier, la rentabilité après impôts s’accroît sur le long terme : ainsi vous pouvez rester propriétaire de l’ensemble des plus-values de votre portefeuille. Tant que les caractéristiques des investissements sous-tendant la détention des titres restent les mêmes, vous faites croître vos actifs plus rapidement.
  3. Elle permet de rendre possible à un investisseur particulier le suivi d’un nombre limité d’entreprises de qualité. Ainsi, vous pouvez mieux vous renseigner sur chaque valeur. Vous pouvez donc vous concentrer sur la réalisation d’analyses fondamentales plus approfondies sur par exemple 20 valeurs. Cette stratégie est beaucoup plus efficace que si vous analysiez et surtout assuriez un suivi de plus de 200 valeurs. Ceci est en effet impossible pour un néophyte et même pour la plupart des professionnels.

Conclusion : en bourse, limitez les taxes

Les deux observations clés de cet exemple sont les suivantes :

  1. Vous accumulez beaucoup plus argent si vous laissez votre argent capitaliser tous les ans. Ainsi, vous ne payez alors aucune taxe sauf lors de la revente finale, où l’addition s’avère toutefois être très salée, mais rentable aussi bien pour vous que pour l’État.
  2. Vous souhaitez enregistrer une forte rentabilité après impôts ? Ne dépasser pas un taux de rotation de 20% sur votre compte titre ordinaire.

Retenez donc absolument que les impôts représentent la plus lourde dépense à laquelle vous ferez face. Retenez également que cette catégorie de dépenses est plus élevée que les commissions de courtage.

En conclusion, nous insistons sur un concept important que l’on nomme coût d’opportunité. En effet, si l’on vend des actions XYZ avec une plus-value alors un achat d’action ABC avec cet argent part avec un désavantage : le désavantage d’avoir à récupérer l’impôt sur les plus-values qui a été payé pour les actions XYZ revendues.

Suite de la formation gratuite en bourse

3e clé : MAÎTRISEZ VOS BIAIS PYSCHOLOGIQUES EN BOURSE

4e clé : COMPRENDRE LA PSYCHOLOGIE DES MARCHES EN BOURSE

5e clé : MONSIEUR LE MARCHE: COMPRENDRE BENJAMIN GRAHAM

6e clé : AVOIR UN HORIZON D’INVESTISSEMENT LONG TERME EN BOURSE

7e clé : ACHETER UNE ACTION AVEC UNE MARGE DE SÉCURITÉ

8e clé : BIEN COMPRENDRE L’ENTREPRISE DANS LAQUELLE ON INVESTIT

Conclusion : CONCLUSION DE LA FORMATION EN BOURSE GRATUITE

Bonus 1 : à venir

Bonus 2 : à venir

This post is also available in: English (Anglais)

JE TELECHARGE MON EBOOK SUR LA BOURSE (134 PAGES) GRATUITEMENT​

Recheche

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Je m'abonne à la chaîne YouTube

Je rejoins le groupe Facebook

This message is only visible to admins.
Problem displaying Facebook posts.
Click to show error
Error: No posts available for this Facebook ID

Je m'inscris à la page Facebook

Cover for QARP investing
581
QARP investing

QARP investing

Free course about stock investing on https://qarpinvesting.com/en
Formation bourse gratuite sur https://qarpinvesting.com

Autres articles

conclusion formation bourse gratuite

CONCLUSION DE LA FORMATION EN BOURSE GRATUITE

This post is also available in: English (Anglais) Voici la conclusion de la formation en bourse gratuite. Avant de commencer la lecture de cet article gratuit en bourse, n’hésitez pas à lire : Introduction : FORMATION QARP POUR INVESTIR SEREINEMENT 1re clé : DEVENEZ SEREIN : ANALYSEZ LES ACTIONS COMME DES PARTS D’ENTREPRISES 2e clé […]

Cet article est uniquement disponible pour les membres.

BIEN COMPRENDRE L’ENTREPRISE DANS LAQUELLE ON INVESTIT

BIEN COMPRENDRE L’ENTREPRISE DANS LAQUELLE ON INVESTIT

This post is also available in: English (Anglais) On en arrive à la règle finale, la clé numéro 8 : il s’agit de bien comprendre l’entreprise dans laquelle vous investissez.  Il faut dépenser plus d’énergie à chercher à comprendre une entreprise qu’à analyser les cours de bourse. Fort heureusement, en comprenant l’entreprise vous aurez très […]

Cet article est uniquement disponible pour les membres.

acheter une action avec une marge de sécurité

ACHETER UNE ACTION AVEC UNE MARGE DE SÉCURITÉ

This post is also available in: English (Anglais) Voyons maintenant la 7e clé essentielle de cette formation qui est d’acheter une action avec une marge de sécurité. Il est en effet important que vous mettiez des garde-fous à l’épargne que vous investissez sur les marchés actions pour préserver votre capital. Si vous ne prenez pas […]

Cet article est uniquement disponible pour les membres.

Lire un autre article

Légal

Autres