Bourse
Texte

Cerise sur le gâteau, vous n’aurez plus besoin de rester scotché à votre écran !

Leçon 10 Module 9

8ème clé : comprendre, comprendre et comprendre l'entreprise

On en arrive à la règle finale, la numéro 8 : il s’agit de bien comprendre l’entreprise dans laquelle vous investissez.  Il faut dépenser plus d’énergie à chercher à comprendre une entreprise qu’à analyser les cours de bourse. Fort heureusement, en comprenant l’entreprise vous aurez très souvent de meilleurs résultats boursiers. En tout cas à long terme, c’est certain selon nous ! Et cerise sur le gâteau, comme nous l’avions vu au point précédent, vous serez plus serein et confiant dans votre investissement. Vous n’aurez pas besoin de vérifier tous les jours le cours de bourse des valeurs sur lesquelles vous aurez investi et vous pourrez bénéficier à votre avantage des fluctuations de Monsieur le Marché pour faire des bonnes affaires.

Objectifs

Les objectifs de la check-list que nous vous donnons sont les suivants :

  • Eveiller votre un intérêt pour l’analyse fondamentale et posez-vous les bonnes questions avant d’investir dans une entreprise.
  • Chercher à répondre à ces questions ne serait-ce que partiellement. Le but étant de vous inciter à persévérer dans cette voie.
  • soyez convaincus qu’en répondant à ce type de questions, vous serez capables de sélectionner des valeurs qui ont toutes les chances de performer dans le temps.
  • grâce à la check-list chercher à définir si l’entreprise est un bon investissement ou non.

La liste de 10+ questions

Voici la liste de 10 types de questions à se poser avant d’investir sur une valeur. Il faut apprendre à faire connaissance avec l’entreprise. Répétons-le, la checklist est un exercice à réaliser AVANT d’investir sur les actions d’une entreprise, puis à mettre à jour une fois par an environ. Son utilité est de bien comprendre l’entreprise dans laquelle vous souhaitez investir. Elle permet d’améliorer vos performances boursières en réduisant les erreurs de débutants. Le but est en effet de sélectionner une action qui a toutes les chances de bien performer sur le long-terme.

Petite précisions, la check-list est non exhaustive. Elle regroupe certains paramètres importants à prendre en compte pour sélectionner une action mais il y en a bien d’autres et on les verra dans la formation QARP. Qu’on débute ou qu’on soit un professionnel de l’investissement, il est essentiel de se poser toutes ces questions.

Notez enfin qu’on n’est pas obligé de remplir positivement toutes les conditions. L’essentiel c’est d’avoir la majorité des points validés, soit entre cinq et dix, dont les trois premiers obligatoirement.

  1. Première ensemble de questions, est-ce que je comprends facilement ce que fait l’entreprise, son business model et comment elle génère de l’argent ? La question peut être tournée autrement :
    1. Est-ce que je comprends en quoi consiste l’activité principale de l’entreprise ? Si vous ne comprenez pas facilement l’activité de l’entreprise, ne poussez pas l’analyse plus loin.
    2. Comment génère-t-elle de l’argent et des profits ? En d’autres termes quel est son business model/modèle d’affaires ? Si vous ne comprenez pas comment l’entreprise fait de l’argent, alors n’investissez pas dans l’entreprise. Plus vous êtes précis et plus cela veut dire que vous comprenez le business model.
    3. De quelle activité viennent majoritairement les profits et pourquoi ? Par exemple pour les ascensoristes, l’activité de maintenance est celle offrant les profits les plus élevés du fait que les clients sont captifs de l’entreprise et que la maintenance est rendu obligatoire par la réglementation.
    4. Finalement, pouvez-vous décrire le fonctionnement de l’entreprise avec vos propres mots ?
    5. Si oui, alors vous pouvez passer à la deuxième question. Si non, choisissez une autre entreprise et recommencez le processus de questionnement.
  2. Deuxième ensemble de questions : l’entreprise est-elle résiliente ou en d’autres termes solide ? En d’autres termes, cela implique de répondre aux questions suivantes :
    1. Est-ce que l’entreprise existe depuis assez longtemps ? Elle doit exister depuis au moins 10 ans selon nous. Notez qu’elle peut exister depuis bien plus longtemps que sa cotation boursière.
    2. Savez-vous comment elle se comporte en temps de crise ? Vous devriez être certain que votre entreprise a su démontrer sa capacité à générer, au fil du temps, des profits suffisants et croissants malgré les crises répétitives.
    3. Si oui, alors vous pouvez passer à la troisième question. Si non, choisissez une autre entreprise et recommencez le processus de questionnement.
  3. Troisième ensemble de questions : Est-ce que l’entreprise domine le marché ? Formuler autrement cela donne :
    1. Est-ce que l’entreprise a beaucoup de concurrence ? Si oui passez votre chemin.
    2. Est est-elle menacée par la concurrence ou pas ? Si oui passez votre chemin. Nous reviendrons sur ce points dans la question 10 avec une petite analyse de Porter. Essayez juste de gagner un peu de temps en analysant ce point dès maintenant de manière rapide.
    3. Les produits ou services sont-ils standardisés ? Si oui passez votre chemin. Nous vous prévenons d’ores et déjà que les entreprises qui vendent des produits ou services de base/standardisés ne peuvent se distinguer de ceux de la concurrence. Le seul moyen alors pour l’entreprise de se différencier c’est par sa politique de prix. Et si une entreprise concurrente décide de casser les prix des produits ou services, l’entreprise dans laquelle on a investi risque de faire face à de grosses difficultés. Le meilleur exemple est le secteur du ciment. Les cycles économiques y sont longs et souvent destructeurs.
    4. Si vous répondez par l’affirmative à l’une de ces sous-questions, passez votre chemin et choisissez une autre entreprise afin de recommencer le processus de questionnement.
    5. Nous arrivons maintenant aux questions qui ne sont pas éliminatoires. Essayer simplement de choisir des entreprises les plus prometteuses après avoir répondu aux sept questions suivantes :
  4. Quatrième ensemble de questions : L’entreprise génère-t-elle un chiffre d’affaires récurrent ou non, c’est-à-dire qui augmente de façon régulière ? On en revient en quelque sorte au modèle d’affaire (business model). On doit se poser les questions suivantes :
    1. Est-ce que l’activité de l’entreprise est stable/récurrente dans le temps ?  Si oui c’est une très bonne chose.
    2. Est-ce que les rentrées d’argents sont régulières et anticipables sur une période relativement longue (1 an ou plus) ? Si oui c’est excellent.
    3. Le business model est-il une forme d’abonnement, une franchise, des contrats de maintenances comme les ascensoristes ou autres formes de flux d’argent perçus de manière régulière et anticipable. Si oui, c’est très bien.
  5. Cinquième ensemble de questions : Est-ce que la croissance de l’entreprise a été bonne dans le passé et sera-elle également au rdv dans le futur ? Formulé autrement :
    1. Est-ce que les profits de l’entreprise augmentent dans le temps sur la période étudiée ? En d’autres termes est-ce que l’entreprise a eu une bonne croissance de ses profits et de sa rentabilité par le passé ? C’est-à-dire est-ce que les profits ont cru plus rapidement que le chiffre d’affaires ? Si oui c’est excellent.
    2. Est-ce que l’entreprise a de l’avenir et a des chances de développer son activité dans le futur ? Ou, au contraire, est-elle en déclin ? Pour répondre à cette question, il faut évaluer les opportunités de croissance de l’entreprise de manière prospective, c’est-à-dire avec un regard tournée vers le futur. Il faut donc répondre au sous-questions suivantes :
      1. L’entreprise vend-t-elle un produit ou un service dont ses clients ont besoin ou qui est recherché par le marché ? Si oui c’est bon signe.
      2. L’entreprise évolue-t-elle dans un secteur où les prix des produits et/ou services ne sont pas règlementés ? Si oui, c’est signe d’adaptabilité à toutes les situations donc c’est excellent.
      3. Est-ce que l’entreprise introduit régulièrement de nouveaux produits sur le marché ? Si oui, essayer d’évaluer les opportunités de croissance de ceux-ci. L’exemple le plus banal est celui d’Apple qui commercialise un nouveau téléphone chaque année en moyenne. C’est donc un bon signe si le marché réagit bien aux lancements des nouveaux produits.
      4. Les produits et/ou services ont-ils de l’avenir ou la demande pour ces derniers est-elle en déclin ? Le contre-exemple le plus courant est celui des appareils photos Kodak argentiques qui ont été dépassés rapidement par les appareils photos numériques et Kodak n’a pas su prendre le tournant. Il vaut donc mieux que la demande soit en croissance.
    3. Est-ce que l’entreprise à la capacité de rembourser ses dettes à long terme ? Autrement dit :
      1. Les dettes de plus d’un an sont appelées dettes à long terme. Donc, L’entreprise est-elle en mesure de rembourser ses dettes de plus d’un an comme ses emprunts bancaires par-exemple ?  Si oui c’est excellent.
      2. Et en combien d’années l’entreprise peut rembourser les dettes long terme grâce à sa génération de cash ? La génération de cash c’est le cash-flow libre, nous verrons dans la formation QARP comment l’appréhender, l’assimiler et le calculer. Plus la durée est courte mieux c’est pour la solvabilité ou en d’autres termes la résilience et la capacité de résistance de l’entreprise.
  6. Sixième ensemble de questions : est-ce que l’entreprise a la capacité de rembourser ses dettes à court terme grâce à ses liquidités ? Les dettes de moins d’un an sont appelées dettes court termes.
    1. En d’autres-termes est-ce qu’elle est en mesure de payer ses dettes de moins d’un an comme ses factures fournisseurs, ses charges sociales et fiscales par-exemple, si l’activité s’effrite ? Si oui c’est signe de très bonne gestion de l’entreprise.
    2. L’entreprise-a-t-elle suffisamment de liquidités pour tenir en cas de crise économique sévère ? Si oui, alors vous pouvez investir les yeux fermés. Le manque de liquidité est la première source de faillites des entreprises.
  7. Septième ensemble de questions : Les produits et/ou services de l’entreprise résolvent-ils les problèmes clés de ses clients ? En d’autres-termes :
    1. Est-ce qu’il résout un gros problème ou non ? Pour maximiser le succès de l’affaire, l’entreprise doit combler un besoin et/ou répondre à un problème pour ses clients. Si oui c’est très bon signe pour le pricing power, ce que l’on nomme la capacité à augmenter les prix en français.
    2. Si plusieurs problèmes sont résolus quel est le problème majeur auquel répond l’entreprise que l’on analyse ? Cette question permet de savoir quel est le produit ou service clé sur lequel l’entreprise n’a pas le droit à l’erreur.
  8. Huitième ensemble de questions : Est-ce que l’entreprise a des perspectives long-terme favorables ? Si oui, alors c’est bon signe.
  9. Neuvième ensemble de questions : Est-ce que l’entreprise est gérée par une équipe de dirigeants compétents et expérimentés ? PDG, DAF, etc… Si oui c’est excellent, car une entreprise est organique certes mais reste dirigée par des humains.
  10. Dixième ensemble de questions : vous vous devez de réaliser une brève analyse de Porter en répondant aux questions suivantes. Ne vous inquiétez pas nous verrons plus en détails dans la formation QARP comment faire :
    1. L’entreprise est-elle dépendante de quelques fournisseurs ? Si oui c’est mauvais signe.
    2. L’entreprise est-elle dépendante de quelques clients ?  Si oui c’est très mauvais signe.
    3. Existe-t-il une menace provenant d’un nouvel entrant ? Si oui, mieux vaut réfléchir une deuxième fois avant de se lancer dans un investissement.
    4. Existe-t-il une menace provenant d’un produit de substitution ? Si oui, il faut vraiment évaluer le risque car c’est une chose plutôt négative qui limite le pouvoir de l’entreprise sur laquelle on investit.
    5. Existe-t-il une forte rivalité au sein du secteur, en d’autres termes l’environnement concurrentiel est-il hyper-compétitif ? Autant éviter les secteurs trop compétitifs.

Conclusion

Nous pouvons affirmer que si vous faites cette démarche de questionnement avant d’investir sur une entreprise, vous éliminerez déjà les grosses erreurs de néophyte. Maintenant, si vous souhaitez aller plus loin, dans la formation QARP nous vous donneront tous les ratios et indicateurs clés qu’il faut valider avant d’investir sur une action. Et aussi, nous vous montreront comment chercher facilement tous ces éléments de réponse grâce à un système d’entonnoir qui vous permet d’éliminer rapidement toutes les entreprises qui ne rentrent pas dans nos critères de qualité à un prix raisonnable pour en garder au final entre 20 et 50.

Pen
>

Inscrivez vous à la newsletter